Glénan
Finistère
Bretagne

L'archipel des Glénan à Fouesnant

une production
LÉOST Informatique
Nouvelle version 2016 du site sur Glenan.fr
[Accueil] [Glénan] [Fouesnant] [Textes] [Séjours] [Visite virtuelle] [Jeux] [ Formation] [Bonus]

Les textes sur les Glénan

[Accueil] [Écho des îles] [Cap Caval] [Pays de Quimper] [Textes] [Ouvrages et autres médias]

Quelques ouvrages et autres médias sur les Glénan


Coop Breizh (29540 Spezet) – 1996
Extrait de la page 72
Jean Failler
Gens et choses de Bretagne

Le goéland argenté

C'est assurément l'oiseau le plus commun de nos cotes, celui qui suit les bateaux au retour de pêche pour se repaître des déchets de poisson rejetés à la mer, celui qui, perche sur les rambardes des quais, se laisse approcher a portée de main, celui qui, enfin, regroupe en colonies, pousse de ces cris aigres qui effarent les touristes.

Il a été établi qu'il y a plusieurs siècles, le goéland argenté habitait les mêmes lieux qu'aujourd'hui. Au début des années 1900 cependant, le goéland argente ne nichait plus en France. Cette disparition s'explique par le pillage d'œufs et de poussins auquel vient s'ajouter à la fin du siècle dernier et au début de celui-ci, la pratique alors a la mode du tir "sportif", c'est-à-dire le massacre pour le plaisir de massacrer ces cibles fragiles.

Il fallut attendre les années 20 qui virent la création de réserves d'oiseaux marins pour le voir revenir s'établir chez nous. Depuis, il a pris une revanche, et quelle revanche ! Profitant des déchets de notre société de gaspillage, il prolifère sur les décharges publiques, n'hésitant pas à parcourir chaque jour, depuis son nid pose dans les îles ou les falaises inaccessibles de la cote, trente a quarante kilomètres pour trouver sa pitance.

L'extraordinaire expansion du "larus argentatus", pour donner au goéland argenté son nom scientifique, ne va pas sans poser problème dont le plus grave est peut-être la prédation des autres espèces. Les poussins d'avocettes en sont fréquemment la proie, les macareux moines sont chassés de leurs lieux de nidification traditionnel, quant aux sternes, aux puffins et aux pétrels, ils sont tout bonnement menaces d'anéantissement.

Les scientifiques se penchent donc actuellement sur les moyens de limiter l'hégémonie du goéland argenté : stérilisation des œufs, empoisonnement des goélands nicheurs sur les lieux de nidification des espèces menacées.

Mais la vigueur de l'espèce est telle que ce n'est pas encore demain que le goéland argenté cessera d'être l'oiseau emblématique de nos cotes.

Jean Failler

 

 


© 2004 Léost Informatique - Fouesnant les Glénan (contact@glenan.fr)
Chercher version