Glénan
Finistère
Bretagne

L'archipel des Glénan à Fouesnant

une production
LÉOST Informatique
Nouvelle version 2016 du site sur Glenan.fr
[Accueil] [Glénan] [Fouesnant] [Textes] [Séjours] [Visite virtuelle] [Jeux] [ Formation] [Bonus]

Formation multimédia

[Accueil] [PowerPoint] [FrontPage] [Dreamweaver] [Contribute] [Traitement image] [Flash] [HTML]

Traitement de l'image

[Introduction] [Numériser] [Améliorer] [Sélection] [Format] [GIF] [JPEG] [Conseils]
[ex : taux de compression] [ex : lissage - matage] [ex : progressive]

Dessin vectoriel

Vecteurs versus Bitmap

Il existe 2 types d’images : les images bitmap et les images vectorielles.
Les images bitmap sont constituées d’une matrice de points (ou pixels). C’est le cas des photos scan-nées ou récupérées avec un appareil photo numérique. En zoomant sur une photo, on voit qu’elle est constituée de points et que chaque point a une couleur unique, choisie dans une palette de couleurs.

Les images vectorielles sont constituées de vecteurs. La courbe ci-dessous est obtenue avec uni-quement 5 points. En plus de chaque point de la courbe, il existe au maximum 2 tangentes à ce point (4, 1, 5). Les tangentes à ce point peuvent être asymétriques (point 2), ou avoir des tangentes non parallèles (point 3).
En prenant la lettre A avec la police Times New Roman (ou équivalent) en taille 12, elle peut être re-présentée sous la forme ci contre, qui n’est pas en adéquation avec sa représentation vectorielle.

En augmentant la taille du caractère par 2, on n’obtient pas un caractère de base doublé, mais une nouvelle reformulation du caractère de base en tenant compte de son enveloppe vectorielle.
Un objet vectoriel dont on double la taille n’augmente pas de poids.
Les puristes de la typographie pondèreront ces remarques par les hints…

Les formats Bitmap

Il existe de nombreux formats d’images Bitmap, qui peuvent permettre un stockage optimiser. Pour éviter toute déperdition d’information, sauvegarder les fichiers natifs dans un format ne présentant pas de perte.

Parmi ces formats, disponibles :

TIFF (Tagged Image File Format)
Reconnu par la plupart des applications et des plateformes. Il permet un stockage de l’information de 2 à 16 millions de couleurs et peut gérer 256 niveaux de transparence. Une compression sans perte d’information est possible (LZW).

PSD
Format natif d’Adobe Photoshop. Il permet, entre autre, la gestion des calques.

EPS (Encapsulated PostScript) utilisant le langage de description de caractères PostScipt.
Permet l’échange, avec l’imprimeur, de fichiers bitmap ou vectoriels.

PNG (Portable Network Graphics)
Format utilisable sur Internet (avec des réserves). Il est utilisé en stockage natif par Macromedia Fi-reworks incluant calques, objets vectoriels… Attention, les fichiers natifs de Fireworks ne sont pas des fichiers pour Internet, il faut choisir une optimisation de l’image et l’exporter.

JPEG (Joint Photographic Experts Group)
L’un des formats de prédilection pour les photos sur Internet. Une compression avec perte paramé-trable permet de gérer le poids final du fichier. Stockage en 16 millions de couleurs sans transpa-rence.

GIF (Graphics Interchange Format) développé par Compuserve.
Format idéal pour stocker sur Internet les images comportant des aplats (plage de couleurs unies). Stockage de 2 à 256 couleurs utilisant la compression sans perte LZW. Possibilité de gérer la trans-parence sur 1 bit (transparente ou non). La version 89a permet l’animation et l’entrelacement des images.

Les formats vectoriels

AI (Adobe Ilustrator)
Format utilisé dans les agences de communication.

FH? (Macromedia FreeHand suivi du numéro de version).
Format utilisé plutôt pour le packaging.

CDR (CorelDraw)
Existe maintenant dans les environnements Mac et PC.

EMF et WMF (Windows MetaFile et Enhanced MetaFile).
Les cliparts de la bibliothèque Microsoft.

Choix du format

Pour un échange avec l’imprimeur, le meilleur choix est souvent un fichier EPS en CMJN. Si votre logiciel ne permet pas cet enregistrement, préférer le format TIF (sous réserve d’être en 300 dpi) pour les images et RTF pour le texte.

En cas de changement de plateforme, il est préférable de vectoriser le texte pour éviter les problèmes de reconnaissance de caractères.

L’image contenant plusieurs calques doit être aplatie (1 seul calque) pour diminuer son poids et limiter les problèmes de transfert. Si l’image doit être intégrée dans un site, l’aplatissement n’est pas néces-saire car il permet, au contraire, une meilleure gestion des objets et des animations éventuelles.

Dans un site Internet peu de formats d’images peuvent être inclus, et parmi eux principalement les formats bitmap :

  • Les fichiers JPEG (ou JPG) qui sont souvent utilisés pour les photos
  • Les fichiers GIF s’utilisent pour les images avec beaucoup d’aplats (surface de couleur identique) comme les logos, cartes… les images animées et les images nécessitant de la transparence.

Il est aussi possible d’utiliser d’autres formats plus ou moins contraignants :

  • SWF format originaire de Macromedia Flash, nécessitant un plug-in très largement répandu.
  • Les fichiers PNG qui, même en gérant la transparence sur 8 bits (au plus) normalement, n’est pas reconnu par IE (même IE6) du moins pour la transparence 8 bits.
  • JPEG2000 avec ses problèmes de coût de licence et de non compatibilité.
  • SVG format originaire de Adobe intégrant le XML et nécessitant un plug-in…

Utiliser donc de préférence les formats JPEG et GIF ; éventuellement le SWF si vous possédez des connaissances en HTML ou si vous avez Macromedia Studio.

Pour les autres formats que vous utilisez : PSD, TIFF, BMP, WMF, EMF, PICT… faites une croix des-sus si vous voulez être vu en dehors de votre ordinateur (et encore !) en plus du problème de poids que pose bon nombre de ces formats.

Exemple de fichier GIF et JPEG ayant le même poids (à moins de 8 % près)

Remarques
Fichier GIF
Fichier JPEG
Avec des aplats, le choix du fichier GIF (ici 32 couleurs) est plus judicieux que le JPEG avec une qualité de 37% (tubu-lure autour du texte et des li-gnes de rupture…)
Dans le cadre des photos
Le choix du JPEG est préféra-ble. Dans le cas du GIF appari-tion de problèmes de type : bande de mach, tramage (pixel-lisation)…

 

 

 


© 2004 Léost Informatique - Fouesnant les Glénan (contact@glenan.fr)
Chercher version