Narcisse Maërl Narcisse Sorties
Accueil Remonter

Le Narcisse des Glénan ou Narcissus Triandus ssp capax

bulletUne espèce unique au monde
bulletLa plus petite réserve naturelle de France
bulletLa gestion de la réserve naturelle
bulletLa concurrence de la Jacinthe des Bois

Une espèce unique au monde

Menu

Gléna : Le narcisse des GlénanLe Narcisse des Glénan a des fleurs souvent groupées par deux, de couleur jaune pâle, presque blanche, y compris la couronne allongée. Il a été découvert en 1803 par Monsieur BONNEMAISON, pharmacien à QUIMPER. Il devait aussitôt susciter l'intérêt de nombreux botanistes et donna lieu à des controverses passionnées sur son statut taxonomique, c'est-à-dire sur son appartenance à tel ou tel niveau de classification.

Cette espèce est l'un des fleurons de la flore régionale et nationale, elle est unique au monde. Dans l'Archipel, même si quelques îlots abritent encore de petits peuplements, c'est sur l'Ile Saint Nicolas que l'on trouve le fameux Narcisse.

Une espèce menacée du fait de sa spécificité.
Contrairement à la plupart des Narcisses, il se reproduit par graines et non par division des bulbes. Ainsi, une cueillette intensive faillit faire disparaître l'espèce. Dès 1924, les botanistes s'inquiétaient pour l'avenir de cette plante qui fit même l'objet de tentatives de culture de la part d'horticulteurs désirant la commercialiser.

La plus petite réserve naturelle de France

Menu

A l'initiative de la SEPNB (Société pour l'Étude et la Protection de la Nature en Bretagne), une partie de l'Ile Saint Nicolas fut classée en réserve naturelle en 1974. Sa gestion fut confiée à la commune de FOUESNANT.

Avec ses 15 225 m2 , la réserve, entièrement consacrée à la protection de cette espèce endémique de l'Archipel Fouesnantais, est la plus petite réserve naturelle de France.

Au début, une simple clôture fut érigée. Paradoxalement, elle aurait pu sonner le glas des Narcisses. L'arrêt du piétinement et la légère diminution de la force du vent provoquée par la clôture se traduisit par le développement rapide d'une végétation arbustive de genêts, fougères et ronces.

Lors d'un inventaire effectué en 1980, le Conservatoire Botanique de Brest et la SEPNB attirèrent l'attention du Maire de Fouesnant sur l'évolution alarmante constatée au sein de la réserve. En 1984, le nombre de pieds fleuris était inférieur à 3 000. Il devenait donc urgent de mettre en oeuvre une gestion scientifique de la réserve.

La gestion de la réserve naturelle

Menu

C'est en 1984, que le suivi scientifique fut institué grâce à la création d'un comité de gestion. La gestion de la réserve fut officiellement confiée à la SEPNB en 1986.

La régression de la population de Narcisses constatée entre 1980 et 1984 montrait la nécessité d'un débroussaillement. Celui-ci fut réalisé au cours des mois de Février 1985 et 1986, avant que les Narcisses n'aient développé leurs feuilles.

Depuis 1985, la population de Narcisses est systématiquement recensée sur la totalité de la réserve. Remontée à plus de 8 500 pieds fleuris en 1987, le nombre de Narcisses est aujourd'hui de l'ordre de 40 000 à 50 000 pieds. L'espèce peut être considérée comme sauvée.

Le débroussaillement ayant un effet indiscutablement bénéfique pour le fleurissement du Narcisse, l'idée d'un entretien par pâturage extensif parut séduisant. Par son écologie, par son caractère rustique et par le peu d'entretien et de surveillance qu'il nécessite, le petit mouton noir d'Ouessant semblait tout indiqué. Une dizaine de moutons fut mise à pâturer dans la réserve mais des chiens tuèrent plusieurs moutons.

La succession fût assurée pendant quelques années par deux ânes et un poney. Mais cette solution de pâturage naturel n'était pas encore idéale et connaissait au moins deux limites. Tout d'abord, le crottin produit par nos "ouvriers à quatre pattes" risquait d'entraîner une modification de la nature du sol qui aurait pu finalement être préjudiciable au Narcisse lui-même. Enfin, le pâturage de l'enclos des Narcisses avait lieu après la floraison, durant l'été, au maximum de la fréquentation touristique de l'île, et notre trio eût rapidement tendance à préférer les biscuits, sandwiches et autres restes de pique-niques à l'herbe sèche et aux fougères...

Actuellement, l'entretien de la réserve naturelle est donc assuré sous la forme de chantiers de débroussaillage manuel et mécanique.

La concurrence de la Jacinthe des Bois

Menu

Photo YCA  Quimper - Glénan : Le narcisse des Glénan entouré de Jacinthe des boisLe spectacle éphémère de la floraison du Narcisse des Glénan (généralement à partir de la mi-Avril) est réellement grandiose d'autant que les Jacinthes fleurissent en même temps. La réserve qui n'est qu'un espace de fougères en été devient alors un véritable tapis vert, blanc et mauve.

Ce tableau féerique ne doit cependant pas masquer une réalité un peu plus inquiétante. Des observations sur le terrain, confirmées par des expériences menées par le Conservatoire Botanique, montrent que la concurrence entre la Jacinthe et le Narcisse risque de mettre en péril ce dernier.

Le suivi scientifique de la réserve reste donc indispensable d'autant que les petits peuplements de quelques îlots de l'Archipel (Brunec, Le Veau, La Tombe) semblent sérieusement menacés du fait notamment de la sur fréquentation des goélands.

Précédente Accueil Remonter Suivante
Glénan Formation : un site de LÉOST Informatique
Cours de création de Site avec FrontPage
Cliquer ici pour la liste des pages du site